8 ans, 8 mois.

Publié le par Boyer Jakline

Je commence par cette petite vidéo. Un dirigeant français parlerait russe... ce serait sans doute une autre approche...

Un Tweet ou deux ne suffisent pas. Sauf pour écrire Poutine criminel de guerre  ou Poutine agresseur.  Nous devons nous contenter de ça.

Mais tous ne s’en contentent pas. Pour les tribunaux de guerre,  on verra. Après tout pourquoi pas.  Il y a du beau monde à  convoquer.

Je vous propose une petite vidéo,  une heure,  bien faite,  qui récapitule  et du coup  permet de se projeter vers l’avenir. 

Je choisis de mettre en avant l’entretien réalisé de Moscou. Vraiment,  un autre point de vue.

En Russie  le soutien à la politique engagée ne faiblit pas.  Mais le caractère tragique de cette situation pèse de plus en plus.  Plus nombreux sont ceux qui souhaitent qu’une solution soit trouvée au plus tôt. La majorité des Russes ne peut se désolidariser de son pays. " Quand ton pays est dans le malheur,  tu ne peux pas l’abandonner"  a déclaré une comédienne. Cela reflète bien un état d'esprit. Car, oui, c'est un malheur aussi pour ce pays.

Donc, pour la deuxième année consécutive,  la Russie propose un vote à l’Onu pour condamner la glorification du nazisme. 

L’année dernière,  2 pays ont voté contre : les États-Unis et l’Ukraine.  On ne peut pas faire plus clair.

Une majorité d’états a voté pour, un grand nombre s’est abstenu.

Cette année,  les états européens dont la France, tout "l’Occident collectif" comme on dit en Russie, a voté contre... Voilà où en est le continent européen  qui fait mine de réprouver l’élection de Meloni...

Mais,  évidemment,  chut....

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article