Tragédie.

Publié le par Boyer Jakline

Voilà un mot que j’entends dans les débats télévisés russes. Oui, oui, malgré la censure incroyable, l’accès aux débats est possible.  De Bordeaux à Kiev, de nombreux citoyens s’informent aux sources russes : y voir plus clair. Confronter les "analyses" et approcher la vérité.

Tragédie pour le peuple ukrainien qui s’est choisi de mauvais maîtres et a cédé aux chants des sirènes occidentaux. Encore faut-il reconnaître qu’une majorité d’entre eux a cru aux promesses de Zélenski de "faire la paix dans le Donbass".

D’une certaine façon,  tragédie pour les Russes confrontés à des agressions impériales venus de l’ouest depuis des années. 

La tragédie molle dans laquelle s’enfoncent les peuples européens "à l’insu de leur plein gré" ne donne pas encore toute sa mesure. Mais le choix américain des élites européennes et françaises est là : accepter de se priver de ressources énergétiques bon marché,  alors qu’elles ont été un élément essentiel du bien-être occidental (Josep Borrell), sera, (est?) lourd de conséquences.

Certains analysent le traitement auquel nous sommes soumis comme un grand Reset 2, après la gestion autoritaire de la pandémie. Le capitalisme cherche, et trouve pour le moment, des solutions à l’accumulation du capital. Nous boucler, nous appauvrir toujours plus, nous faire accepter un dressage, être dressé,   semble être une issue.

L’intervention russe en Ukraine peut être considérée dans ce cadre. Et peut-être aussi entendre finalement leur argument : nous n’avons pas agressé, nous avons répondu à une agression. Zakhar Prilèpine  est interpellé sur son compte Telegram par un citoyen proche de ses positions jusqu’alors,  "finalement vous êtes comme eux, ces ukrainiens belliqueux". Il répond longuement mais précise que 1- il n’a pas à  s’excuser,  2- en grosses lettres : cette guerre nous a été imposée.  Nous n’en voulions pas."

Et donc, oui, tragédie.

Ce mot -tragédie- est absent de nos plateaux télé.  Va-t-en guerre,  qui eux n’iront pas, ni leurs enfants,  à la guerre,  encouragent la poursuite du désastre ukrainien. Un politologue ukrainien  présent dans les débats télévisés russes depuis des années,  expliquait que la population ukrainienne se débrouillait pour suivre les émissions russes POUR SAVOIR CE QUI SE PASSAIT RÉELLEMENT DANS LE PAYS. Zelensky et les siens vivent en circuit fermé,  ajouta-t-il. 

Le maire de Kiev a conseillé aux habitants de la ville d’aller passer l’hiver à la campagne dans leurs familles.  Il est conseillé aussi à ceux qui sont à l’étranger d’y rester... Le temps de l’hiver. Ce journaliste expliquait que pour les habitants de Kiev,  c'était l’enfer". Et les réactions antirusses grandissent... Évidemment.

Que n’ont-ils dénoncé et agi contre cet enfer que subissent depuis 9 ans les habitants du Donbass... Sans eau,  sans électricité,  dans les caves... Interdits de parler dans leur langue. 20 millions de Russes d’Ukraine  tout de même. Rappelez-vous les propos inimaginables du président Porochenko à l’égard de ces concitoyens du Donbass.  Jamais relevés par nos médias désinformatifs... et qui ont suscité l’engagement d’Anne-Laure Bonnel.

Voir la vidéo dans mon article de mars 2022 : Au début était le Donbass. 

 

Tout ça,  dans des débats russes. 

Nous sommes désinformés en miroir...

Dans je ne sais quelle petite ville d’Ukraine,  la rue Léon Tolstoi a été débaptisée et renommée rue Stepan Bandera.

Un air de revanche qui risque de nous coûter cher. 

Une vidéo réalisée par les militaires ukrainiens a tourné sur tous les réseaux sociaux de la planète. Son contenu est tel qu’il a suscité la réprobation jusque dans le New-York Times.  

Cette armée infestée désormais d’officiers banderistes, les meilleurs de ces "soldats" ont été intégrés aux écoles de formation des officiers ukrainiens,  cette armée donc a filmé le sort réservé aux prisonniers russes : ils sont allongés sur le sol, face contre terre,  désarmés et on les tue... en direct.

Comme hier les Banderistes se filmaient en train d’exécuter la Shoah par balles.

Nous avons droit eu au même moment à la demande de Zélenski adressée à l’Union européenne de déclarer la Russie "sponsor du terrorisme". Et l’Union européenne s’est exécutée... miracle de la langue française. 

Voilà ce que couvrent "nos" dirigeants.  Et cela serait sans conséquence pour notre avenir ?

 

Dernière minute :

1- Une  petite musique s’est fait entendre,  aussitôt apparue aussitôt disparue. Je l’évoque cependant car elle est très instructive. Délirant.  Les services de propagande sont-ils en panne ?

Elle est venue d’abord d’Allemagne où la ministre des Affaires étrangères,  je crois,  a déclaré avoir vu une grand-mère de 89 ans et une petite fille de 9 ans être prêtes à avoir froid cet hiver...pour défendre les Ukrainiens. Petite musique reprise par madame Zélenski qui déclare que selon un sondage 90% de la population est prête à avoir froid deux hivers ou trois si nécessaire. 

La ministre "verte" des affaires étrangères allemande méritera un article... Du rôle des Verts (allemands?) dans le nouveau dispositif impérialiste...

2- Marioupol est en reconstruction rapide : logements,  écoles...

La ville est parrainée par St-Petersbourg qui y a envoyé une pléiade d’ingénieurs, et constructeurs. Mais, chut ! Se poursuit en même temps un travail immense de déminage.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article