Europe... enlevée par Zeus ?

Publié le par Boyer Jakline

Ce titre fait référence à la mythologie grecque où Zeus, tombé amoureux de la jeune phénicienne Europe la kidnappa. Zeus grec ou ...Jupiter romain 

Ne nous a-t-on pas aussi volé l’Europe en en faisant la place forte de le "libre circulation des capitaux", les hommes sont restés à la porte ?

Sur Twitter... un peu d’humour. Le G7 en Italie.

Sur Twitter... un peu d’humour. Le G7 en Italie.

"Les politiciens favorables à la guerre viennent d'être sévèrement sanctionnés lors des élections européennes. Ce n'est pas un bon signe pour Biden. Il est peut-être temps de donner une chance à la paix."

Edward Snowden

Il vit en Russie, Moscou, depuis octobre 2020, après que toutes les capitales occidentales, dont Paris, aient refusé sa demande d’asile.

Julian Assange lui avait conseillé de s’adresser à la Russie. Que ne l’a-t-il fait pour lui ?

Depuis octobre 2022, il est citoyen russe. Il a demandé la citoyenneté russe à la naissance de son fils. Sa compagne américaine l’a rejoint.

Europe... enlevée par Zeus ?

Donc, 9 juin de tonnerre dans un ciel obscur.

Un citoyen sur deux, 49’2%, ne votent pas.  Plus ? Hormis les présidentielles... 7 millions de voix au RN et son candidat vendu à toutes les sauces depuis des mois selon un scénario rôdé : couvertures de magazines, plateaux télé très complaisants, visage lisse et souriant. Programme ? Quel programme... enfin, on sait bien...

Vite, vite un nouveau front populaire s’organise après le coup de force de Macron. Question : est-ce que ça marchera ? On l’espère mais il sera difficile de s’en tenir à ça.  Combien de fois avons-nous entendu dans nos actions militantes : "on ne les a pas essayés. Ce sont les seuls... oui, je vais voter Marine." Ajouté à une gestion cool de sa présence dans les médias,  Marine et ses chats, "dédiabolisation" par tout ce que les milliardaires comptent de médias... 

Le problème de la gauche, c’est tout de même ça, la rupture entre les propositions de campagne (se faire élire)  et la politique menée une fois arrivée au pouvoir : mon ennemi, c'est la finance et dès l’accession au pouvoir la création de ce monstre : le CICE  20 milliards puis 40 milliards par an aux très grosses entreprises. Dès le "tournant de la rigueur" en 1983  l’élection de François Mitterand donnait le ton au nom du "pragmatisme", soit s’adapter aux règles en cours. Ne rien changer sinon à la marge. 

La gauche "de gouvernement", c’est se porter garant des accords de Minsk au nom de notre pays et dire ensuite qu’on les a signés pour permettre à l’Ukraine ( aujourd'hui on sait que c'est l’OTAN) de se préparer à la guerre.  Minsk, c’était tout de même l’idée d’une fédération avec des formes d’autonomie et pas de guerre.

Pas de guerre en Ukraine,  cette aventure si indispensable à l’impérialisme occidental pour se relancer,  économiquement et hégémoniquement.

Combien de déceptions qui ont nourri abstention et vote FN. "A quoi ça sert  de voter", " on ne les a pas "essayés".

Reste cette question que les outils de réflexion à notre disposition,  réflexion collective, ne permet pas d’aborder. La remarque d’Edward Snowden y invite : les politiciens favorables à la guerre viennent d'être sévèrement sanctionnés. Or il s’agit de la droite "classique" mais aussi des social-démocrates et plus nouveau encore des Verts, allemands particulièrement, Annalena Baerbock, ministre des Affaires étrangères, n’a plus de mots pour appeler à la mobilisation contre la Russie. En France, le tête de liste Gluksmann est l’un des plus bellicistes des candidats à ces Européennes.

À noter que dans ce Nouveau Front Populaire, un consensus existe bel et bien : continuer de fournir des armes à l’Ukraine. Même si pour certains dans l’attelage les mot paix et négociations se glissent ça et là. 

Et les "défavorables à la guerre" se retrouvent dans les "droites identitaires" souvent rapidement traitées de fascistes. Par paresse intellectuelle ? Par habitude ? Allons-nous estimer que les 7 millions de voix Bardella sont des fascistes ?

En Allemagne à ce groupe des extrême droite se joint le tout nouveau tout petit parti de Sahra Wagenknecht qui réunit 6,2 % de voix. Ces voix, AfD et BSW viennent essentiellement de l’ex RDA.

L’histoire n’en finit pas de finir.

Le ministère des affaires étrangères russe en la personne de sa porte-parole constate que abstention massive et succès des candidats "anti-systeme" expriment le refus de la ligne politique du Parlement européen.  Mais, souligne-t-elle, rien ne semble devoir changer au niveau des instances dirigeantes. Le sol commence à se dérober sous leurs pieds, mais ça n’a pas d’importance, n’est-ce pas,  Ursula ? Et pourtant..

Confirmation dans l’analyse en suivant, les propos de Stoltenberg. Jusqu’au dernier Ukrainien,  voire la dernière Ukrainienne ? Il est question de modifier l’âge de la mobilisation de 18 à 65 ans. D’appeler les femmes.

Ma présence à Moscou ne fait que confirmer ce que j’analysait déjà avec certains autres dans blogs et sites. Baud, Galacteros, de Castelnau,  Todd... Géopolitique Profonde et d’autres.

Ici, en Russie, si les "liberaux""globalistes" tiennent la ligne occidentale soit défendre la petite Ukraine face à l’immense et hégémonique Russie, de 15 à 20% de la population, la colère est grande parmi les autres contre l’OTAN et les États-Unis, responsables du déclenchement de ce conflit meurtrier entre nations si proches. Oui, la participation à l’élection présidentielle de mars dernier et le soutien massif à Vladimir Poutine sont réels, liés essentiellement à  l’attitude russe dans le conflit dit "ukrainien".

Au bout de 30 mois de guerre,  comment nos représentants peuvent ils continuer à ne pas distinguer Ukraine et Zélenski ? Les peuples européens mangés pendant ce temps à la violente sauce de l’austérité renâclent.

 

 

 

 

Pendant ce temps...à Kazan, Fédération de Russie.

Publié dans Douce France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article