La main dans le sac : un exemple de contre-vérité.

Publié le par Boyer Jakline

Il pourrait y en avoir 1000, d'exemples, et que je ne quitte pas mon ordinateur.
Mais je choisis celui-là, récent, car comme vous, j'ai entendu il y a quelques jours répétés par tous nos journaux sérieux avec une belle unanimité " Poutine dit que les prostituées russes sont les meilleures ". Et j'ai été interpelée, car quoi qu'on pense du président russe, et quoi qu'il pense des prostituées, il était impossible qu'il ait fait une telle déclaration.

Non pour de quelconques qualités morales, mais par le style de communication qui est le sien, très tenu. Nos élites journalistiques sont-elles à ce point  marquées par l'affaire DSK? C'est en France, il me semble.
J'ai pris le temps de chercher le texte intégral que d'autres, excédés aussi par cette image qu'il faut créer coûte que coûte de Vladimir Poutine, ont publié.
Il n'emploie pas le mot prostituée, mais le mot " jeune fille "  D'ailleurs ce qu'il dit plus loin sur la prostitution, même si ça ne mange pas de pain.... est rare dans la bouche d'un homme politique de ce niveau...

La couverture de l'OBS de cette semaine: " Trump- Poutine: le couple infernal " . Et c'est à cette sauce que nous sommes mangés quotidiennement.

 Dans quel but ? Question incontournable.

Car, tout de même, les élections américaines n'ont pas été entachées de fraude. Les citoyens ont voté. La moitié des électeurs démocrates de Sanders, 3 millions de personnes tout de même, ont préféré ne pas voter Clinton et laisser élire Trump...Voilà un débat qui n'aura pas lieu dans nos médias. Mais rien n'empêche de l'avoir malgré le bruit assoudissant.


L'extrait que je mets en lien date du 17 janvier. D'où les premiers mots de la réponse de V. Poutine à un journaliste russe. A Moscou on a été très attentif aux derniers jours de la Présidence Obama, car ce dernier a redoublé des gestes " inamicaux" à l'égard de la Russie: 35 diplomates et leurs familles, soit 90 personnes, expulsés en 48h. Un nouveau train de sanctions voté, alors que le premier est toujours en cours. Et bien d'autres choses. En particulier, j' ai été choquée, de l'entendre de la bouche de l'élégant et courtois Obama: " la Russie est un petit pays qui ne produit rien, à part son gaz et son pétrole..."

" Savonner la planche du nouveau président, gêner, voire empêcher la mise en oeuvre de nouvelles relations avec la Russie, telle fut l'analyse.

Car c'est d'abord cette question : établir des relations normales entre les deux pays, alors qu'elle ont rarement été aussi mauvaises, qui est à l'ordre du jour pour les Russes.

 

Bonne écoute des propos toujours fort intéressants sur la scène internationale et pour notre avenir commun, du président de la Russie.

Publié dans humeur, guerre de l'info

Commenter cet article