Coup de gueule à Prague .

Publié le par Boyer Jaakline

Le président tchèque Miloch Zéman
Le président tchèque Miloch Zéman

Encore une information qui devrait passer à la trappe ici, en Europe.

Le président tchèque, Miloch Zéman, a annoncé qu'il se rendrait à Moscou pour la célébration du 70e anniversaire de la victoire sur le nazisme.
Et voilà qu'il se fait reprendre publiquement par l'ambassadeur américain à Prague, monsieur Shapiro. Ce dernier a déclaré sur la tv tchèque, que " la présence à Moscou du Zeman allait discréditer la position de l'Europe au sujet de l'Ukraine" .

Le sang du président tchèque n'a fait qu'un tour.

"Je n'imagine pas un seul diplomate étranger en poste à Washington indiquant au président américain où il peut et ne peut pas aller". C'est une ingérence inadmissible.
Sur le fond, il précise que pour son pays c'est une devoir d'honorer la mémoire de l"armée soviétique sans le sacrifice de laquelle "mon pays dirait encore heil, Hitler", précise-t-il.
Evidemment, alors qu'en Europe certaines élites, y compris tchèques, tentent d'accréditer l'idée que la victoire sur le nazisme aurait été possible sans l'URSS, cela fait désordre.

D'ailleurs certains milieux intellectuels de cette "nouvelle Europe", comme on l'appelle, (ex "pays de l'est " ) n'apprécient pas cette liberté de ton du président tchèque. Une réalité qui dérange ?

L'ambassadeur américain, Andrew Shapiro, n'a pas présenté d'excuses.
Pour la petite (?) histoire, monsieur Shapiro est d'origine tchèque.
Sa famille, juive, a fui le nazisme et s'est réfugiée aux USA.

Le président tchèque est un récidiviste : il fait partie de ces (rares) dirigeants européens qui sont opposés à la politique de sanctions à l'égard de la Russie, " contre productive pour la Russie et l'Europe" déclare-t-il. Les dirigeants hongrois et serbe en disent autant.
Une fois de plus, il ne s'agit pas ici de "défendre la Russie". Il s'agit de positions conformes à la réalité, quand il est question de la victoire, conformes à la paix sur le continent européen.

L'ambassadeur américain en France n'aura pas à faire une telle sortie : le président français ayant annoncé qu'il ne répondrait pas positivement à l'invitation du président russe.

Dernière nouvelle :

Angela Merkel et François Hollande iraient se recueillir sur la tombe du soldat inconnu le 10 mai à Moscou. Bouderaient la commémoration officielle et le défilé militaire du 9 mai sur la Place Rouge. En 2010, les dirigeants occidentaux avaient participé aux cérémonies du 9 mai du 65e anniversaire.

Publié dans guerre de l'info

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article