Faire du stop, voter...

Publié le par Boyer Jakline

Le "kolstso ", où je " votais " régulièrement...
Le "kolstso ", où je " votais " régulièrement...

Quel lien entre ces deux verbes ?

Je vous raconte.

L'autre soir dîner entre amis, à Bordeaux.

Evidemment, la Russie vient en débat. Pas de mon fait. Mes amis, connaissant mon intérêt pour tout ce qui est russe, ne manquent jamais de m'interroger, m'apostropher sur le ( vaste) sujet. Au passage je note un regard différent sur le président russe, moins négatif. Et puis, comme toujours, quand j'ai argumenté pour tenter de donner à comprendre, vient la question, le problème, continuellement agité et entretenu, de la "démocratie", des " droits de l'opposition ". Mon argumentation est toujours la même. L'Occident a fait du critère de " démocratie " " des élections "libres " l'alpha et l'oméga de sa vision du monde et des rapports internationaux. Il s'autorise même à intervenir manu militari pour importer cette " démocratie". Avec les résultats probants que l'on connaît: voir l'état du Moyen Orient. Regarder aussi la désaffection croissante des citoyens : aux USA depuis déjà fort longtemps, un électeur sur 2 ne prend pas part au vote. En France, cette tendance tend à se développer à toute allure, au point qu'on parle de " crise de confiance" " crise de régime "...

Mais le " logiciel " pour parler de la Russie n'a pas changé.


La Russie, donc.

N'est pas un état de droit, tente de le devenir, malgré les pesanteurs liées à la situation internationale qui pousse à ne pas innover. Voir comment ici, chez nous, les vagues terroristes autorisent le pouvoir à serrer la vis ( militants écologistes assignés à résidence, miltants syndicaux condamnés à de la prison ferme, manifestations soumises à conditions...)

La Russie n'a JAMAIS dans son histoire connu d'élections telles que nous les promouvons: plusieurs partis, candidats, etc, etc,.Elle s'essaie à ces pratiques depuis 25 ans. Et les manquements sont nombreux, le taux de participation faible.

Dans la période soviétique, voter c'était lever le bras , " à main levée " disons nous, ce qui se fait chez nous dans certaines situations. D'où le lien : faire du stop , c'est lever le bras, et l'usage du verbe voter.
Je racontais à mes amis cet épisode qui m'est revenu alors: une pratique très moscovite, ce que nous, français, vivant à Moscou avions nommé " taxi sauvage ". Plutôt dans le centre ville. Vous vous mettez sur le bord du boulevard, et levez la main ( votez) . Un véhicule s'arrête, vous négociez rapidement et vous voilà parti. Je me souviens d'une de mes dernières équipées: s'arrête une belle voiture, au volant une très élégante jeune femme, talons aiguilles aux pieds. Nous voilà parties. Je lui demande si elle fait ça depuis longtemps : " je viens de perdre mon job, je fais ça, en attendant ". Libéralisme ordinaire à-la- russe !

Au passage, je vous indique que , sauvages ou pas, j'ai pris énormément le taxi à Moscou. Et les " taxistes", comme on dit en russe, ont été une source de connaissance très importante: ambiance, état d'esprit...

Publié dans vaste Russie

Commenter cet article